À la différence de la vision humaine qui capte 2 images pour restituer une image 3D, l'appareil photo enregistre sur une surface plane une image en 2D.

Habituellement, le photographe prend les photos, en station debout, l'appareil à hauteur des yeux, avec un cadrage mode portrait (la plupart des utilisateurs d'un smartphone par ignorance des différences entre mode portrait et mode paysage)), et en mode portrait ou paysage , selon le sujet à photographier (les utilisateurs d'un APN). Or dans bien des cas, l'intérêt du sujet nécessite d'autres solutions : plongée, contre-plongée, appareil au ras du sol, utilisation d'un grand angulaire ... De fait, l'image obtenue ne représente pas fidèlement ce que les yeux perçoivent.

Les éléments les plus importants intervenant dans la composition harmonieuse d'une image sont la profondeur de champ (voir l'article) et la perspective. La dynamique de la perspective s'appuie sur les lignes de fuite et de force que l'on crée en fonction du cadrage, de la focale. de l'angle de prise de vue. La perspective, dans l'image, permet de présenter en trois dimensions les formes, l'espace, la profondeur, la distance.

À la lecture d'une image, le regard est dirigé par des éléments de la composition, en particulier par les lignes directives (voir l'article : règles de la composition. Quant aux lignes de fuite et de force, celles-ci produisent un effet visuel qui dessine la perspective.. Dès lors, l'impact de l'image dépend du choix du photographe pour la prise de vue. À noter : si vous vous déplacez de quelques pas sur le côté, vous modifiez la perspective. En revanche, un changement de focale (zoom avant ou arrière) n'aura aucune incidence.

lignes5

Ici, les lignes de fuite créent un effet de profondeur, de dynamisme

lignes6

La perspective dans cette photo en contre-plongée, crée un graphisme original.

 

 lignes7

Les lignes de fuite, clairement définies par les bandes blanches,

les rambardes de sécurité et les files de voitures, guident le regard

vers un point hors-champ (destination vacances).

Dans la partie Apprendre à photographier, je vous explique les techniques, les règles, les codes de la photographie, pour mieux réussir une photo.

En créant une photo, vous voulez sensibiliser le spectateur sur une chose, un événement ... Le spectateur perçoit l'image en fonction des critères adoptés dans la composition de cette image. Ces critères, sur le plan technique (ou scientifique) sont appelés règles.
Après avoir compris l'importance de la lumière, l'influence des formes et des lignes sur le regard du spectateur, le pouvoir des couleurs primaires sur l’œil, l'incidence de l'angle de prise de vue sur les perspectives, l'harmonie d'une composition, le rôle du cerveau lors de la lecture d'une image ... vous en arrivez à la conclusion : la photographie est une science.

Une science certes, non une finalité. La technicité comme le matériel ne sont que des moyens pour réaliser un art, l'art d'exprimer VOTRE créativité, votre vision des choses, votre personnalité. 

Une bonne connaissance vous permet d'éviter des erreurs, des pièges. Les pages de Tout savoir sur la photo  répondent à vos questions, vous enseignent comment développer votre savoir-faire, mais surtout, ont pour but de vous aider à comprendre les arcanes de la photographie.
 
Un moyen sûr d'apprendre : la pratique et, pour évoluer : corriger ses erreurs (Apprendre à analyser ses photos).
Il est très rare qu'une photo prise au hasard soit satisfaisante. Avec l'expérience, vous saurez, ici, que telle technique, telle règle valorisera votre photo, là, au contraire, vous préférerez déroger à la règle pour accentuer davantage votre point de vue.
Affirmez votre style, laissez-vous guider par votre œil.

" Faut-il respecter les règles de la composition pour réussir une photo ? " n'est pas la bonne question à se poser. Selon votre projet de photo, mieux vaut savoir Pourquoi et Comment appliquer ou transgresser une règle. Une photo est réussie lorsque son impact visuel traduit l'intention du photographe.

Exemples :

105

En photographiant un pylône de ligne à haute tension, dessous, en contre-plongée, j'obtiens une perspective dont les formes géométriques suscitent un mystère.

 

106

Dans cette composition, je transgresse la règle des tiers en plaçant l'élément principal (assiette de fruits) bien au centre, afin de renforcer la suggestion de diète. De plus, je guide le regard du spectateur par mon choix de fruits rouges (pouvoir des couleurs primaires : le rouge attire en priorité le regard).

  107 1  107 2

                                                  Photo 1                                                                    Photo 2

Photo 1 : lorsque le sujet  indique un déplacement de droite à gauche et qu'il  est positionné à droite de l'image, la composition fait référence au temps à venir : le sujet entre dans le cadre (dans le temps).

Photo 2 : lorsque le sujet indique un déplacement de droite à gauche et qu'il est positionné à gauche de l'image, la composition fait référence au temps passé : le sujet  va sortir du cadre, l'arrivée est proche. Ce cadrage peut aussi symboliser la vitesse.

En résumé, le choix du cadrage est important pour porter l'idée que l'on veut transmettre.

bouton retour

top

 

 

Que l'on soit un photographe expérimenté ou non, le but d'une photo est de montrer quelque chose ou quelqu'un afin de susciter l'intérêt du spectateur. L'intention est de transmettre un message,  chacun exprimant à sa façon son point de vue.
Une photo est considérée réussie quand, d'une part, le spectateur comprend clairement l'intention, et d'autre part, la photo est agréable à regarder.
Bien souvent, la lecture de la photo ne traduit pas l'intention et décèle certaines erreurs. Ce n'est pas un drame, le post-traitement vous permet de corriger,  d'améliorer la photo.
Pour corriger efficacement ses erreurs, il est fondamental de savoir analyser une photo.

gif anime puces 284 Comment analyser ?

   puce 103  En premier lieu se poser les questions :

● quelle est votre première impression à la lecture de la photo ?

● la photo dégage-t-elle une idée forte, exprime-t-elle clairement votre intention ?

● l'image guide-t-elle le spectateur vers le point d'intérêt principal ?

le sujet choisi est-il mis en valeur ? Le sujet et la composition jouent un rôle primordial pour rendre compréhensible l'intention du photographe. 

● les réglages sont-ils adaptés à la situation ?

  • cadrage : le cadrage est l'erreur la plus fréquente.
  • exposition : le sujet est-il trop éclairé (surexposition), pas assez (sous-exposition) ? Des cas particuliers nécessitent à la prise de vue de diminuer ou d'augmenter la valeur d'exposition.
  • luminosité/contraste : le capteur n'a pas la capacité de l'œil humain pour traiter simultanément les hautes et basses lumières. Le photographe est confronté à un problème récurrent : la gestion de la lumière et des ombres.
  • profondeur de champ : la focale choisie est-elle adaptée à la situation ?
  • couleurs la tonalité d'une couleur varie suivant l'éclairage (lumière du jour ou artificielle).
  • mise au point : l'autofocus facilite la mise au point, cependant en basse lumière ou avec des sujets en mouvement, il peut s'avérer insuffisant.

      Les erreurs consécutives aux réglages ont différentes causes :

  • insuffisances techniques de l'appareil (APN entrée de gamme, iPhone, tablette ... ont des fonctionnalités et des performances très limitées).
  • méconnaissance des techniques de la photographie, voir l'article Apprendre à photographier.
  • mauvaise utilisation de l'appareil (les conditions lors de la prise de vue ne sont pas toujours favorables et peuvent empêcher d'appliquer les précautions élémentaires : stabilité de l'appareil, choix de l'objectif, utilisation du flash ...)
  • choix d'un réglage inadapté à la situation : focale, ouverture de diaphragme, vitesse d'obturation, sensibilité, mode de mesure

au vu de vos réponses, que serait-il possible d'améliorer ?

   puce 103 Sollicitez d'autres avis :
Demandez à votre entourage, sans préciser quelle fut votre intention, comment est interprétée la photo. Cela peut vous aider à mieux comprendre vos erreurs.

gif anime puces 284 Que faire après l'analyse ?

En développant votre esprit critique, vos facultés d'analyse, vous apprendrez à maîtriser vos erreurs, à mieux utiliser votre appareil photo.

Les problèmes cernés, on peut dès lors envisager de corriger, d'améliorer la photo, faire d'une image banale, médiocre, une image agréable à regarder.

Le post-traitement étant une étape nécessaire, vous devez à la prise de vue opter pour le format RAW.

De nombreux logiciels de retouche d'image sont disponibles, du gratuit au logiciel pro. Parmi eux, un logiciel complet et performant : Photoshop Lightroom CC (leader du marché).

Exemple 1  :
photo 1 : Canon 500D objectif 75-300 mm : focale 300 mm   f/5,7    1/512 sec   200 ISO
ici l'intention est simple : montrer un papillon sur un arrière-plan flou. Selon vous, dans cette photo, quels sont les défauts?

analyse1

photo 2 : après post-traitement (cadrage, exposition, luminosité/contraste)

analyse2

Alors, bien sincèrement,  laquelle des 2  est plus expressive ?

Exemple 2 :
photo 1 :  Nikon E5400 : focale 35 mm    f/2,8    1/400 sec   100 ISO
le sujet principal (château de Fontainebleau) remplit l'image. Le grand angle a pour inconvénient de créer une distorsion des perspectives
analyse3
 
photo 2 : après post-traitement
Avec Lightroom j'ai utilisé les options de réglages Corrections de l'objectif (Supprimer l'aberration chromatique, Activer le profil de correction) et Transformation (Upright qui est une correction automatique de la perspective (auto, niveau, vertical, complet)). L'ombre (en bas à gauche) me paraissant disgracieuse, j'ai adopté un léger recadrage, sans nuire à la vue générale.

analyse4

Ces exemples vous montrent un point important : le but du post-traitement est de rendre plus lisible ce que VOUS, vous voulez montrer.

top

bouton retour

 

 

 

Avant le post-traitement I Post-traitement I Matériel

Avant de la publier une photo ou d'en faire un tirage, le post-traitement est-il une étape nécessaire ?

Avant le post-traitement

La photo numérique reproduit-elle fidèlement ce que vous voyez ?

Qu'il s'agisse de la vue (œil) ou de l'image photographique (capteur), malgré des procédés différents, le principe est identique : captation de la lumière, analyse.

La vision humaine ne se limite pas au rôle de l'œil. L'image perçue par l'œil est transmise au cerveau qui à son tour l'analyse et l'interprète en fonction des informations qu'il possède. Quelques exemples :

Vous regardez une scène. Si vous secouez la tête dans un sens ou un autre, le cerveau intervient et stabilise l'image.
Avec le capteur d'un appareil photo, l'axe est modifié en fonction de l'orientation de l'appareil, et avec le capteur d'une caméra, l'image suit les mouvements de la caméra, subit les à-coups, et l'axe varie.

Vous assistez à un mariage et suivez la mariée à l'intérieur et à l'extérieur de la mairie. Quels que soient l'éclairage et l'intensité de la luminosité, la robe de la mariée vous apparaît blanche (pour le cerveau, le blanc est blanc).

Le capteur de votre appareil nuance les couleurs en fonction de la lumière ambiante (température des couleurs) et du paramétrage de la balance des blancs : le blanc devient grisâtre, jaunâtre ...

Dans le parc, que la mariée soit exposée au soleil ou à l'ombre d'un conifère, vous la percevez distinctement.

Le capteur ne sait pas, comme l'œil, réagir simultanément aux basses et hautes lumières. Quand la différence de luminosité est importante entre les basses et hautes lumières le déséquilibre des tonalités se traduit par une surexposition ou sous-exposition de l'image. Le seul recours de rétablir cet équilibre s'effectue en post-traitement.

Quelle que soit la scène que vous regardez, que voyez-vous ? Votre œil voit l'ensemble des éléments composant la scène, mais votre cerveau fait un tri sélectif, votre attention se porte sur un élément en fonction de votre centre d'intérêt du moment, de votre sensiblilité … Par exemple, vous regardez amoureusement votre bien-aimé(e) au sein d'un groupe de plusieurs personnes. Vous ne « voyez » que votre bien-aimé(e).

Alors direz-vous; le principe sera identique en regardant une photo. Non. Le processus de lecture d'une photo n'est point comparable : dans une image ce sont des points forts qui attirent le regard. Voir : règle de la composition.

● Lorsque la vue rencontre des problèmes (acuité visuelle) on la corrige (port de lunettes ou lentilles). Un capteur est plus ou moins performant. Il en résulte des défauts : bruit, contraste, couleurs.... La correction s'effectue en post-traitement.

On pourrait ainsi multiplier les exemples.

Il faut se rendre à l'évidence, une photo n'est jamais la reproduction exacte de ce que l'œil perçoit.
D'autre part, à moins d'être un photographe exceptionnel, la prise de vue d'une photo est rarement pleinement satisfaisante. Bien souvent, elle accumule des erreurs (Voir Apprendre à analyser ses photos).
 
Le Post-traitement

Vous l'avez compris, pour de multiples raisons, le post-traitement parachève la photo. C'est une étape indispensable.

En premier lieu, il s'agit de corriger vos fatales erreurs ou les défauts inhérents aux faiblesses de l'appareil (insuffisances du capteur, de l'objectif, des fonctionnalités). Cette étape vous permet aussi de dynamiser l'image, d'exprimer votre point de vue, de créer une émotion, un sentiment, de mettre l'accent sur un élément pour attirer l'attention du spectateur ...

Vous n'avez pas encore franchi le pas du post-traitement ? Il n'est jamais trop tard pour bien faire, pour vaincre vos appréhensions (peur de ne pas savoir faire). Si vous optez, et vous ne le regretterez pas, pour Photoshop Lightroom CC, avec l'aide des tutoriels réalisés par des spécialistes, que j'ai sélectionnés spécialement pour vous, vous maîtriserez rapidement ce logiciel et le post-traitement deviendra pour vous une étape incontournable.

Exemple d'une photo où les défauts de l'appareil (correction de l'objectif et des perspectives (upright),  tonalités) sont corrigés grâce à Lightroom

02

 AVANT

01

APRÈS

03

En conclusion une photo se réalise en 3 étapes :

  1. avoir l'œil du photographe
  2. la prise de vue
  3. le post-traitement

Le matériel

Parmi les nombreux logiciels disponibles pour le retouche photo, voici une sélection :

Adobe Photoshop Lightroom CC : excellent logiciel pour la post-production. Voir Tutoriels
Lightroom CC, leader du marché, présente un avantage important : le traitement est non destructif (contrairement à Photoshop qui modifie les pixels), c'est à dire qu'il est réversible. Les métadonnées des corrections sont encapsulées, elles n'affectent ni ne modifient le fichier original.
FastStone Image Viewer  (Gratuit) : retoucher des images, les visualiser, les classer ...,
Facile à utiliser, ce logiciel puissant permet de visualiser images et photos, dont le format RAW. Il permet en outre de retoucher les images (fonctionnalités basiques) et de créer des diaporamas.
GIMP (Gratuit) : retoucher des images
Le plus connu des logiciels de montage et traitement de photos. Il possède ne nombreuses fonctionnalités.basiques et évoluées. Malgré son interface peu intuitive, il est efficace.
Picasa (Gratuit): gestionnaire de photos
Outre la gestion des photos, ce logiciel possède de nombreuses fonctionnalités : tri, montage, retouche, classement, etc.
PhotoFiltre Gratuit) : retoucher des images
Ce logiciel, avec une interface simple à utiliser, dispose de la plupart des fonctionnalités pour le traitement et le montage de photos.
Magix Photo Designer (Gratuit): retoucher des images
Ce logiciel est simple d'emploi, notamment avec "1 Click", interface intuitive.
XnView (Gratuit): visualiser, convertir des images.
Ce logiciel de visualisation et de conversion gère plus de 400 formats. Il permet également d'effectuer des retouches d'image, de créer des diaporamas, de réaliser des captures d'écran.

list arrowAutres logiciels :

Traitement complet des fichiers RAW
logiciel de création de photos HDR

bouton retour

top

Non, il ne s'agit pas de vous proposer le rêve américain (à réserver pour une cure de sommeil), osez la Nuit américaine.

Cette technique cinématographique permet de donner un effet nocturne à une scène filmée de jour. Cette technique fut souvent utilisée au cinéma de 1950 à 1980, aujourd'hui, elle a fait des émules chez les photographes.

Le procédé est simple, il consiste à appliquer une sous-exposition (AE -2/-3) avec (ou non) utilisation d'un filtre (bleu foncé pour la couleur, rouge ou vert pour le noir et blanc). Certains logiciels (Photoshop, Paint Shop Pro ...) permettent de réaliser cet effet en post-production.

La première condition pour réussir est de choisir une scène dont l'éclairage est contrasté. Une scène avec ou sans premier plan ?

  • avec premier plan :

Le premier plan est le sujet principal. Il est mis en valeur par un éclairage (flash, lampe …). L'arrière-plan est assombri. Un effet chromatique bleuté (avec filtre ou en postproduction) créera l'ambiance nocturne.

01

prise de vue normale

02

prise de vue avec sous exposition (correction d'exposition -3), flash pour le premier plan, filtre bleu

  • sans premier plan :

La scène entière est sujet principal. Il importe alors de prendre en compte les règles de la composition. Attention, ne vous laissez pas trahir par les ombres crées par l'éclairage (soleil en extérieur, lampe dans une pièce).

Réalisation en postproduction

nuit americaine

l'image ci-dessus est traitée en postproduction avec Photoshop : fusion de 2 photos

photo1    photo2

Sur photo 1 : effet Moonlight.3DL (Réglages > Recherche des couleurs > Fichier 3DLUT > Moonlight.3DL)

Copier/Coller photo 2 sur photo 1 et effets de lumière

Vous avez compris la technique, elle est simple à mettre en œuvre. Maintenant à vous de jouer, bonne nuit ..... américaine.

Mentions légales

Droits réservés

GYPSE VIDEO 2021